Intelligence artificielle vs. digitalisation de la conscience



Nous ne traiterons pas ici des gains de productivité liés à l'automatisation des tâches répétitives ou encore des outils d'analyse prédictive ou d'auto-apprentissagequi s'introduisent peu à peu dans tous les métiers à « valeur ajoutée » intellectuelle comme par exemple chez les radiologues, juristes, contrôleurs aériens, banquiers, assureurs, comptables, RH, ingénierie etc... Cette évolution à pas de loup des métiers s'invite peu à peu maintenant au banquet de l'Economie pour jouer aux chaises musicales à la table des cols blancs.

Voyons les choses au rayon UX sous l'aspect de l'interfaçage de la conscience de l'individu face à un écran . . . 



Un américain moyen passerait aujourd hui, en temps cumulé, 8années à regarder des « programmes » TV et plus de 5années sur les réseaux sociaux. . . C'est peu dire dans une vie de 70 ans dont 25 années à dormir … Ajoutons y le temps de vie professionnel d'un employé de service quelconque face à son écran . . . Cette quantité de temps cumulés est vertigineuse tant à l'échelle d'un individu que d'une société et nous pouvons mesurer le niveau d'implication (voire d'addiction) des individus au travers d'études récentes qui montrent, entre autres, que les jeunes préfèrent rester connectés aux réseaux sociaux plutôt que d'avoir des relations sexuelles , ou bien choisissent leur lieu de destination de vacance selon le potentiel de popularité sur les réseaux sociaux

Quand même.

Quand l'individu se place face à l'écran, il focalise et adosse en quelque sorte sa conscience à "la machine", en le manifestant à travers ses émotions, ses pensées, son temps et son énergie consacré dynamiquement à cette activité .


Symbole énergétique de la vapeur en mouvement... tel la roue 2.0 du hamster . . .  ?  

Tout le temps passé devant un écran, que ce soit passivement à regarder la TV, ou activement (comme jouer en ligne ou faire une tâche quelconque) correspondait en quelque sorte à des fractions de conscience humaine, numérisée, compilée et interfacée au sein d'ordinateurs, de réseaux et de
serveurs...

Émettons ici l'hypothèse que sur le plan subtil, ce mécanisme répété aurait pour conséquence de tendre à fusionner la conscience naturelle des individus avec « la machine ». On peut citer ici un ancien vice président de Facebook qui parle des « boucles de récompense » de dopamine obtenues grâce au feedback rapide sur l'individu pour illustrer la relation entre bio chimie du cerveau et réseaux sociaux.

IRM


Parallèlement au développement de la société du commerce en ligne, de l'information distribuée et de la distraction #infinie, se dessine une conscience individuelle et collective artificialisée, tel un contre-effet caché derrière le miroir des écrans HD.

Par ailleurs entre le cerveau de l'individu et ce que projette l'écran, de trouve une cathédrale technologique planétaire, couronnement électronique de la société actuelle, fruit de la bonne marche des réseaux physiques qui structurent la société humaine, de la centrale nucléaire jusqu'au nano-transistor d'un smartphone.

Ainsi l'individu, couplé à l'écran, est à la fois au début et à la fin de la chaîne du net, tel l'alfa et l'omega se regardant dans un miroir. Très curieusement aussi les miroirs ont pendant longtemps servi d'objets rituels pour leur prétendues propriétés multidimensionnelles...
Miroir et artefacts de John Dee, XVIe siècle

Le plus étrange est de remonter à l'origine des écrans cathodiques, ancêtres des téléviseurs et des écrans, ou nous trouvons au XIXè siècle un certain Sir William Crookes, physicien anglais et occultiste qui mena des expériences médiumniques à partir de tubes à vides..

Sir Thomas Crookes (1832-1919), physicien et occultiste anglais, inventeur des tubes à vides. 

Bref … Fin de l'exploration UX … et conclusion d'étape

Bien sûr, l'informatisation est un progrès considérable de la société humaine et on pourrait donner 1000 exemples de bienfaits et d'interactions positives.

Les conséquences et interactions négatives sont légion également, alors que le premier mort par voiture autonome vient d'arriver et que d'aucuns travaillent déjà à la numérisation totale d'une conscience, pendant que les cryptos monnaies deviennent peu à peu le support de l'argent. 
 
C'est peut être là placer une confiance immodérée au sommet d'un château de cartes, symptôme d'une fuite en avant hasardeuse entre IA, transhumanisme, et consciences reliées, voire finalement, enchaînées.

Mais au fait, que trouve t on le plus sur Internet ? . . . des images . . . anagramme de magie . . .


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

IA-SEO, ou la mort du SEO programmée ?